new icn messageflickr-free-ic3d pan white
IMG_3006T Joachim Beuckelaer 1530-1574 Anvers   Marché avec l'Ecce Homo. Market with Ecce Homo vers 1561  Nancy Musée des Beaux Arts | by jean louis mazieres
Back to photostream

IMG_3006T Joachim Beuckelaer 1530-1574 Anvers Marché avec l'Ecce Homo. Market with Ecce Homo vers 1561 Nancy Musée des Beaux Arts

Joachim Beuckelaer 1530-1574 Anvers

Marché avec l'Ecce Homo. Market with Ecce Homo vers 1561

Nancy Musée des Beaux Arts (675)

 

L'ART MATERIALISTE D'UNE SOCIETE PROSPERE

 

 

Pieter Aertsen (1508-1575) est actif à Anvers et Amsterdam. Il a pour neveu Joachim Beuckelaer dont les oeuvres sont semblables.

Il vit à une époque de transition et de troubles consécutifs à la guerre entre les protestants et les catholiques aux Pays Bas. Le peintre a exécuté des oeuvres religieuses et profanes. Mais une grande partie de ses oeuvres religieuses a été détruite par les iconoclastes protestants.

Son art est très révélateur des tendances matérialistes de la culture des Pays Bas du Sud (flamands), comme de la culture des Pays Bas du Nord (néerlandais).

Une tendance réaliste et matérialiste déjà nettement perceptible chez Bruegel Pierre l'Ancien, qui préfigure très clairement celles de l'Europe contemporaine.

Ses tableaux, en tout cas ceux qui ont trouvé grâce aux yeux des iconoclastes, comme ceux de son neveu, ne traitent de sujet religieux que tout à fait accessoirement, en fond de scène.

L'avant plan est une minutieuse célébration de la prospérité alimentaire. C'est la grand messe de la "bouffe".

Une publicité pour nos actuels super-marchés.

Les tableaux dits de "Vanités" stigmatisent les bonheurs vulgaires de ce monde. Ils sont aussi une tradition de la peinture des Pays Bas.

Mais Aertsen, comme tous ses confrères, sait bien que les clients aiment toutes les vanités et les plaisirs de la chair.

Ses tableaux sont un étalage de viandes mortes, prêtes à rôtir, bouillir et mijoter bien entourées de légumes savoureux. La "Vanité" n'est bien souvent qu'un prétexte à saliver.

 

Ces tableaux témoignent non seulement d'un état d'esprit et d'une culture, mais aussi de la situation économique du pays au 16è siècle.

Les Pays Bas du Sud (la Flandre) sont depuis le 11è siècle une des régions les plus développées d'Europe.

Tout de suite après la plaine de Pô.

L'Angleterre, les vallées du Rhin et du Danube, les rives ouest de la Baltique germanique suivront. Les Pays Bas du Nord ensuite.

Contrairement à la France ou à l'Espagne ces zones de développement sont des régions qui sont peu compartimentées.

Bien avant le reste de l'Europe les transports y sont facilités par leur superficie réduite et un relief peu tourmenté. Les disettes et les famines peuvent être réduites par les échanges.

La gestion des villes, l'urbanisme et l'hygiène publique et privée limitent quelque peu les épidémies.

L'agriculture flamande est comme celle de la plaine du Pô une des toutes premières en efficacité dès le 13è siècle. Elle servira d'exemple en Angleterre, en Allemagne des fleuves, et dans certaines régions du Nord de la France et dans la région parisienne.

Mais on est étonné de constater à quel point la diffusion de ce savoir faire en Europe restera en définitive très limité.

Il faudra des siècles pour que des techniques simples parviennent à certaines autres régions, pourtant proches, de l'Europe.

L'Europe restera très compartimentée jusqu'à la seconde moitié du 19è siècle. La France sera en Europe de l'Ouest un des derniers pays à achever sa révolution agricole. il faudra même attendre sur certains poins les années 1960! Cela n'aura d'ailleurs pas que des inconvénients.

Les Pays Bas des 16è et 17è sont très développés certes en comparaison de beaucoup d'autres régions d'Europe. Au 17è siècle ils sont épargnés en grande partie par les guerres de religion qui sévissent en France et en Allemagne. Leur siècle d'Or n'est pas d'or dans ces deux pays.

Mais il y subsiste une misère matérielle : Teniers, Brouwer, Ostade nous le rappellent.

 

AERTSEN: ART MATERIALISTIC OF A PROSPEROUS SOCIETY

 

 

Pieter Aertsen (1508-1575) is active in Antwerp and Amsterdam. Its nephew Joachim Beuckelaer whose works are similar.

He lives in a time of transition and disorders resulting from the war between Protestants and Catholics in the Low Countries (Netherland).. The painter has executed religious and secular works. But much of his religious works was destroyed by iconoclastic Protestants.

His art is very revealing of the materialistic tendencies of the culture of the South Low Countries (Flemish), as the culture of the Northern Low Countries (Dutch).

A realistic and materialistic trend already clearly perceptible in Pierre Bruegel the Elder, which prefigures clearly those of contemporary Europe.

Her paintings, at least those who have found grace in the eyes of the iconoclasts, like those of his nephew, approach religious matters only quite incidentally, back of the stage.

The foreground is a meticulous celebration of food prosperity. This is the great mass of "food".

An advertisement for our supermarkets today.

The so-called paintings "Vanities" stigmatize vulgar pleasures of this world. They are also a tradition of painting in the Low Countries.

But Aertsen, like all his colleagues, knows that customers love all the vanities and pleasures of the flesh.

His paintings are a display of dead meat, ready for roasting, boiling and simmer well surrounded by tasty vegetables. The "Vanity" is often a pretext to salivate.

 

These paintings not only reflect a mindset and a culture, but also of the economic situation of the country in the 16th century.

The South Low Countries (Flanders) are from the 11th century one of the most developed regions in Europe.

Immediately after the plain of the Po.

England, the valleys of the Rhine and the Danube, the western shores of the Baltic Germanic follow. North Low Countries subsequently.

Unlike France or Spain these development areas are regions that are not compartmentalized.

Long before the rest of Europe transportation is facilitated by their reduced size and a bit troubled relief. Food shortages and famines can be reduced by trade.

Urban management, urban planning and public and private hygiene somewhat limit epidemics.

The Flemish agriculture is like that of the Po Valley one of the first in efficiency from the 13th century. It will be an example in England, Germany, the rivers, and in some parts of Northern France and the Paris region.

But it is amazed to find how the dissemination of this knowledge making in Europe will remain ultimately very limited.

It will take centuries for the simple techniques reach some other areas, yet nearby to Europe.

Europe will remain highly compartmentalized until the second half of the 19th century. France will be in Western Europe one of the last countries to complete its agricultural revolution. it will even waiting on some poins 1960! It will also not only disadvantages.

 

The Low Countries from the 16th and 17th are highly developed certainly compared to many other parts of Europe. In the 17th century they are spared largely by the wars of religion which are rife in France and Germany. Their golden age is not gold in these two countries.

But there are still in the Low Countries material misery: Teniers, Brouwer, Ostade remind us.

 

 

5,533 views
40 faves
3 comments
Taken on August 23, 2017